SIHP - Syndicat des Internes des Hôpitaux de Paris
Vous n'êtes pas identifié Connexion

Syndicat des Internes des Hôpitaux de Paris

SIHP

SIHP

Revenir à la liste des spécialités

Endocrinologie

Référent(s) de cette spécialité

 

Mot des référents

Fidéline SERRANO-BONNET (fideline.bonnet@gmail.com); Pierre Bellassen (pierrebellassen@hotmail.com)

 

Coordonateur du DES et coordonnées

Pr TOURAINE, chef du service d’Endocrinologie de la Reproduction à la Pitié : philippe.touraine@psl.aphp.fr

jocelyne.lemaire@psl.aphp.fr (secrétaire)

 

Maquette du DES

 Maquette d'endocrinologie officielle :

-          4 semestres dans des services agréés pour le DES d’endocrinologie et métabolismes, dont trois au moins doivent être accomplis dans des services hospitalo-universitaires ou conventionnés, et dans au moins deux services différents.

-          1 semestre dans un service agréé pour un des DES suivants : cardiologie et maladies vasculaires gynécologie-obstétrique, gynécologie médicale, médecine nucléaire, neurologie, néphrologie, pédiatrie (à orientation endocrinologique), ou dans un laboratoire d’explorations fonctionnelles agréé pour le DES d’endocrinologie et métabolismes.

-          3 semestres dans des services agréés pour d’autres DES que celui d’endocrinologie et métabolismes ou pour des DESC.

-          Obligation de réaliser au moins un semestre en périphérie (hôpital hors AP-HP, ne repose pas sur la localisation Paris/banlieue)

 

En pratique en Ile-de-France :

Il y a beaucoup de services agréés pour notre DES, dont les services d'endocrinologie-diabétologie, mais également des services de nutrition, médecine nucléaire, médecine de la reproduction, etc (qui sont agréés à la fois pour le DES d'endocrinologie et pour d'autres DES). Donc en pratique, il est recommandé de réaliser quatre semestres dans des services d'endocrino-diabétologie, un ou deux semestres dans des services sans aucun rapport (cardiologie, neurologie, néphrologie, infectieux, ...), et deux ou trois semestres dans des services en lien avec l'endocrinologie-diabétologie-métabolisme (nutrition, service de médecine nucléaire à orientation endocrinologique, pédiatrie, médecine de la reproduction, etc). Après ça reste souple, entre autre si certains en raison de DESC ne veulent faire que trois stages dans des services d'endocrinologie pour pouvoir faire un stage d’obstétrique ou d’hématologie.

Chaque interne aura une entrevue avec le responsable du DES (Pr Touraine) à mi-parcours de son internat pour discuter de la maquette de chacun.

 

Stages ouverts et budgétés

On conseille souvent de commencer  par un stage de diabéto-endocrino au premier semestre pour voir une partie de la spécialité, plutôt que de commencer par un des quatres semestres libres.

 

Sur Paris, il y a deux stages particulièrement prenant, auparavant inaccessibles aux plus jeunes, où l’on réalise de l’endocrinologie « rare » que l’on voit peu ailleurs : endocrinologie Cochin (Bertagna) et endocrinologie Kremlin Bicêtre (Chanson).

Comme stage de diabétologie très formateur : Hôtel Dieu qui est très bien, la Pitié également, St Louis où dont j’ai eu de bons retours il y a plusieurs semestres ; ces trois stages font essentiellement du diabète. Bondy et Jean Verdier je connais moins.

Un autre très bon stage est St Antoine, où l'on fait du diabète mais aussi un peu de médecine de la reproduction et d'hypophyse en hôpital de semaine. A la Pitié, il y a également un service étiqueté endocrinologie (chez Bruckert) on l'on fait du diabète, de l'endocrinologie générale et du métabolisme ; ils sont habitués à avoir de très jeunes semestres et sont organisés pour ça.

Hors de Paris, il y a Ambroise Paré à Boulogne qui est réputé pour avoir une très bonne ambiance. Encore plus loin il y a Poissy, qui valide le semestre de périphérie. Il n’y a pas de stage « à éviter », le choix dépend aussi où l’on habite et du temps de parcours ; chaque semestre dépend aussi des chefs qui sont présents, s'il y a des FFI ou inter-CHU, etc.

Plusieurs services de diabétologie, surtout ceux hors de Paris ou très excentrés, n’ont pas été pris ces derniers semestres, avant tout car les internes de notre spécialité étaient peu nombreux et donc ne pouvaient pas remplir tous les postes.

D'une manière générale, l'offre est importante et le classement dans la promo d'endocrino n'a pas une grande importance.

Pour avoir des informations complémentaires :

-          le SIHP centralise les avis de chaque interne des semestres précédents pour ceux qui y sont inscrits

-          lorsqu’on a une idée plus précise des stages candidats, il est conseillé d’appeler dans chaque service pour avoir directement l'avis des internes qui y sont juste actuellement, pour avoir un avis le plus récent possible. La très grande majorité des internes l'ont fait et on répond tous à ces appels ; le plus simple est de passer par le standard/secrétariat, de demander le poste de soin et là demander un interne.

 

Nouveaux stages ouverts dans l'année

 

Agenda des cours de DES

Il y a un enseignement de qualité réparti sur trois ans, organisés en plusieurs modules (diabète, surrénale-hypophyse, thyroïde, nutrition-dyslipidémie, reproduction, calcium-PTH).

Auparavant cet enseignement avait lieu tous les mercredis de 17 à 20h. Devant l'absentéisme important en raison de difficultés pour quitter son service tôt chaque mercredi, cet enseignement est regroupé sur plusieurs samedis depuis 2012-2013. Les retours ont été très positifs tant par les plus jeunes que les plus anciens internes. 2 modules se dérouleront pendant cette année 2013-2014 : le module thyroïde réparti sur 3 samedis (les 23/11, 18/01 et 08/02) et le module médecine de la reproduction dont les dates sont encore à définir.

Il existe également plusieurs DESC et DU pour ceux qui voudraient se spécialiser particulièrement dans un domaine : les principaux DESC sont ceux de nutrition et de médecine de la reproduction ; les principaux DU sont ceux de thyroïde-échographie-cytoponction, hypophyse, tumeurs endocriniennes, endocrinologie de la transition (pédiatrie-adolescent).

 

Problèmes rencontrés dans la spécialité

L'endocrinologie fait partie des spécialités qui s'exercent aussi bien à l'hôpital qu'en libéral (cabinet ou clinique) ; bien que le diabète représente la majorité des patients, lorsqu'on décide de s'installer en ville chacun décide quelle orientation il veut donner à sa patientèle : diabétologie, thyroïde (DESC pour faire de l'écho et ponction), médecine de la reproduction, etc. A l'hôpital les services en CHU sont souvent spécialisés (majorité en diabéto, d'autres en médecine de la repro, surrénale/hypophyse, nutrition). En CHG c'est plus mixte avec les diabétiques compliqués et les bilans endocrinologiques.

            Pour les postes de CCA, les dernières promo d'endocrino ont été très peu fournies, il y a donc actuellement plus d'offres que de demandes en CCA sur Paris et l'Ile de France. D'une manière générale, L'Ile de France est l'inter-région où il y a le plus de poste de clinicat par rapport au nombre d'internes (principalement en raison de la concentration des CHU).

 

Liens vers les associations Nationales et Parisiennes

http://www.sfendocrino.org/

http://www.sfdiabete.org/

 

Revenir à la liste des spécialités

 

Accès Rapides
Nos Partenaires